Travail à distance depuis l’Espagne

Le travail à distance n’est pas une mode passagère causée par la pandémie de coronavirus. C’est une façon de travailler qui présente tellement d’avantages qu’elle va s’enraciner dans la société. J’ai des clients qui visitent l’Espagne régulièrement pour des vacances ou pour profiter de leur retraite. Aujourd’hui, de plus en plus d’entre eux envisagent de vivre ici en permanence, de travailler et de profiter de la vie à la plage en même temps.

Il y a plus d’un an, avant même d’avoir une idée de la pandémie à venir et des changements sociaux qu’elle entraînerait, nous avons publié un article sur notre blog sur les possibilités et les risques juridiques du travail à distance. Maintenant, dans cet article-ci, nous nous concentrons davantage sur les aspects internationaux de cette situation de travail. Nous allons spécifiquement nous pencher sur le problème juridique qui se pose lorsqu’une personne travaille à distance dans un pays, l’Espagne, par exemple, lorsque le destinataire bénéficiant de ses services est situé dans un autre pays. L’Allemagne, par exemple. C’est un scénario de plus en plus courant. Il existe même des mairies et des entreprises dans les zones touristiques espagnoles qui promeuvent l’idée de « vacances toute l’année », où le travailleur peut profiter de son paradis de vacances tout en remplissant ses obligations professionnelles au même temps pendant une partie de la journée.

Mais, lorsque nous fournissons nos services à distance en tant que salarié ou indépendant et lorsque notre résidence habituelle est dans un pays tandis que le client ou l’employeur auquel nous fournissons nos services est dans un autre, quelle législation du travail et quel système de sécurité sociale sont applicables ? Pour répondre à ces questions, qui dépendent toujours de la longueur de notre stage, plusieurs accords ont été conclus dans l’Espace Économique Éuropéen qui exigent essentiellement que les travailleurs puissent démontrer via un document internationalement valable quel système national de sécurité sociale est responsable de leur situation et du paiement des leurs contributions. Dans ce scénario, nous devons tenir compte de la situation applicable et obtenir des conseils d’experts pour nous assurer que nous respectons à tout moment nos obligations fiscales, sociales et sociales exigées par la législation du pays en question. Les cas peuvent varier beaucoup et vous avez toujours besoin de conseils professionnels pour vous assurer de respecter la loi.

Carlos Prieto Cid – Votre conseiller juridique en Espagne

Lire cet article en langue anglaise
Lire cet article en langue allemande
Lire cet article en langue russe
Lire cet article en langue espagnole

Services professionnels pour les retraités résidant à l’étranger

Lorsque vous arrêtez de travailler, il est temps de profiter de votre retraite. Mais qu’est-ce qui arrive à votre pension si Vous décidez de partir en retraite en Espagne ? Pour recevoir une pension à l’étranger comme un résident d’un autre pays, vous devez prendre en compte une série de questions qui peuvent se révéler assez difficile.

Les lois sur les pensions espagnoles sont extrêmement complexes, bien que cette législation ne soit pas applicable aux résidents espagnols qui reçoivent une pension étrangère. Dans ce cas, vous êtes couvert par des accords bilatéraux de sécurité sociale. En Espagne, la Sécurité Sociale (“Seguridad Social”) prend en charge les questions de protection sociale.

C’est une situation typique, décider la migration lorsque Vous recevez déjà une pension dans votre pays d’origine. Dans ce cas, Vous devez savoir quoi faire pour Vous assurer que Vous continuez à recevoir votre pension à l’étranger. Pour commencer, vous devez soumettre un certain nombre de documents à l’autorité de protection sociale dans votre pays d’origine.

Vous pouvez aussi avoir besoin de démontrer que Vous êtes encore en vie et que Vous avez encore le droit de recevoir la pension. Tout accroc à ce sujet peut entraîner un arrêt des paiements et peut causer de graves problèmes pour Vous en tant que pensionné à l’étranger.

Une autre situation complexe arrive quand Vous avez travaillé toute votre vie dans votre pays d’origine, mais maintenant Vous travaillez à l’étranger et avez l’intention de rester et de vivre dans ce pays étranger pendant votre retraite. Dans ce cas, Vous devez calculer l’option la plus avantageuse selon les accords internationaux applicables pour les périodes travaillées dans les deux pays.

Cette situation peut varier considérablement et peut donner lieu à des scénarios très complexes en raison des différences entre les législations des différents pays en ce qui concerne l’âge minimum de la retraite, le montant minimum d’années de travail requis, les exigences en ce qui concerne les pensions non contributives, etc. C’est mieux d’obtenir des conseils professionnels lors de la prise des décisions sur des questions aussi importantes concernant votre vie professionnelle.

Carlos Prieto Cid – Avocat

Lire cet article en langue anglaise
Lire cet article en langue allemande
Lire cet article en langue russe
Lire cet article en langue espagnole

La paperasserie impliquée à la location d’une maison de vacances en Catalogne

La location d’une propriété côtière aux vacanciers en été est devenu assez compliqué, bien que la plupart des étrangers ne sont pas conscients des nombreuses obligations concernées.

Ces dernières années, la réglementation catalane sur la location d’un hébergement touristique est devenue particulièrement stricte. La principale raison politique de cette renforcement réglementaire est la lutte contre l’évasion fiscale car de nombreux locateurs de logements pour touristes ne déclarent pas leurs revenus de location en Espagne (bien que cela est requis par la loi, indépendamment du fait que le propriétaire de la propriété soit ou non un résident en Espagne à des fins fiscales).

Cependant, il y a une raison encore plus convaincante pour le gouvernement catalan à vouloir contrôler l’accès au marché du logement de vacances. Sur la côte et dans les vieux quartiers des grandes villes, en particulier à Barcelone, les appartements touristiques sont devenus un problème social, en raison du comportement pas toujours acceptable des vacanciers (qui changent de semaine en semaine), et aussi un problème économique, en raison à la concurrence déloyale qu’un tel logement représente pour le secteur hotelier.

Avant que vous puissiez donner en location votre propriété aux touristes, vous devez l’inscrire dans un registre de l’hébergement touristique du conseil local. Ne pas le faire vous rend responsable des amendes très rigides (même pour une publicité de l’hébergement en ligne sans que personne ne soit encore venue à y séjourner). Pour être inscrit dans le registre, vous devez certifier que le logement est conforme à certaines conditions d’habitabilité et d’efficacité énergétique. Vous devez également déclarer la propriété auprès les autorités fiscales de sorte que la taxe touristique correspondante (payé par nuit par chaque touriste) et de l’impôt sur le revenu peuvent être collectées.

L’enregistrement d’une propriété comme l’hébergement touristique peut entraîner des complications inattendues (qui peut même rendre impossible de la donner en location). Si vous avez un appartement ou une maison que vous voulez offrir aux touristes, nous pouvons vous aider à l’enregistrement de la propriété auprès le conseil local, l’élaboration des accords de location et nous allons veiller au respect de toutes les obligations officielles et fiscales pour votre totale tranquillité d’esprit.

Carlos Prieto Cid – Avocat

Lire cet article en langue anglaise
Lire cet article en langue allemande
Lire cet article en langue russe
Lire cet article en langue espagnole